Promo !

Schauspielhaus Vienne – 1000 yeux, 18. 04. à 20:00

5,00 

Auteur Mazlum Nergiz

Durée : 100 minutes

Langue : Allemand

 
Asma a disparu. Elle a dit à tout le monde qu’elle se rendait à Paris pour réaliser son film de fin d’études sur l’assassinat de trois résistantes kurdes, Sakine Cansiz, Fidan Doğan et Leyla Söylemez, par le 9. abattu au Centre d’information du Kurdistan, rue Lafayette, en janvier 2013. Auteur : un agent des services secrets turcs. Mais Asma n’est jamais revenue. Que s’est-il passé ? La famille, les amis et les connaissances commencent à spéculer. Des photos apparaissent sur l’internet. Asma a-t-elle rejoint un groupe de résistance kurde ? Est-elle devenue un shehîd, un martyr, comme le sont les combattants kurdes de la liberté lorsqu’ils meurent au combat ? Les observateurs insomniaques parlent, essayant de comprendre pourquoi quelqu’un vivrait la vie dans laquelle il est jeté. Ce qui reste, c’est le vide laissé par la personne, vide que chacun tente de combler avec ses propres images.

 

1000 Eyes est une pièce sur l’absence et le radicalisme. Le fossé auquel les personnages doivent faire face est le résultat d’une zone de conflit politique mondial dans laquelle de plus en plus de jeunes Européens risquent leur vie pour s’engager. Comment gérer le choc de la décision d’entrer en guerre ? Structurées comme l’œil d’une libellule, les scènes s’assemblent en une mosaïque émouvante. Dans ce processus, 1000 Eyes marche sur une ligne fine entre la transformation de la mythologie et l’émancipation de la résistance des combattants kurdes pour la liberté. Un tourbillon de perspectives.

Note sur le contenu :

Le jeu contient des passages de texte traitant de la guerre et de la violence. Une scène traite de la violence sexuelle.

Recommandé pour les 15 ans et plus.

 

Revue de presse :

 

“Sa sœur, ses parents et ses amis trouvent différentes façons de faire face à sa disparition et formulent leurs propres explications pour les actions d’Asma (…) Cela marque un vide dans le jeu et dans la vie de ses proches. Tous les autres personnages de la production de Sahar Rahimi sont des personnages familiers, issus pour la plupart de films de Disney. Des idoles intouchables, comme des martyrs”. Ö1 MORGENJOURNAL

 

“Le metteur en scène situe le spectacle entre le grand cinéma hollywoodien, les films d’art, les pièces radiophoniques et une version moderne des tableaux vivants. (…) Des personnages de Disney, comme quatre des sept nains de la Reine des Neiges, commentent les événements. À l’écran, un fantôme interroge les planètes. Le cow-boy de Toy Story se prétend professeur de cinéma. À première vue, cela peut sembler une banalisation d’un texte puissant, mais ce serait une erreur d’interprétation. Ici, les cultures s’entrechoquent, l’univers lumineux de la bande dessinée rencontre la lutte fatidique pour la liberté”. JOURNAL

 

“1000 EYES, la recherche d’un étudiant en cinéma kurde qui a rejoint le PKK à Paris : une performance explosive, astucieuse et épuisante de Mazlum Nergiz. DIE PRESSE

 

“Mazlum Nergiz fait partie de la nouvelle équipe de direction du Schauspielhaus de Vienne depuis le début de la saison. Ses débuts ont été mis en scène par Sahar Rahimi. Dans son exploration des temps et des gens perdus, il joue également avec l’atmosphère confortable d’un vieux cinéma (…) Deux tâches silencieuses s’affrontent dans ce roman familial : ne pas abandonner l’espoir de la libération et en même temps éviter le mythe et survivre. Dans 1000 YEUX, les deux maximes s’entrechoquent”. TAZ

 

“Comme pour la première d’un film, l’écran clignote sur la scène devant le rideau rouge. Des choses étranges se produisent. Les nains surdimensionnés prennent possession du théâtre et discutent du PKK. Un oracle apparaît. Le public est enlevé des rangs et réapparaît sur scène. (…) Sa radicalisation inattendue a laissé un vide douloureux dans l’environnement d’Asma. La protagoniste absente n’apparaît que dans ses mémoires : son film est censé être une promenade avec des fantômes. Comment pourrait-elle présenter autrement la réalité qui s’effondre sous ses yeux ?

(…) Un portrait émouvant de la nostalgie et du fanatisme.” FALTER

Équipe de production

  • Réalisateur – Sahar Rahimi
  • Décor et costumes – Evi Bauer
  • Collaboration au décor et aux costumes – Mirjam Ruschka
  • Vidéo, lumières et décors – Joscha Eckert
  • Musique et son – Niki Neecke
  • Dramaturgie – Martina Grohmann
  • Assistante de direction – Stella Jarisch
  • Photographe – Marcella Ruiz Cruz

 

Cast

  • Iris Becher
  • Tina Keserović
  • Kaspar Locher
  • Sophia Löffler
  • Romy Nagl/Ela Paul
  • Sissi Reich
  • Maximilian Thienen

 

Crédits de production

  • Production Schauspielhaus Wien/Vienne, 2024
  • Première mondiale : 13. janvier 2024
  • Droits d’exécution sous licence de : rua Kooperative für Text + Regie, Berlin
  • La pièce a été créée en collaboration avec la troupe de théâtre El Vaïvén dans le cadre du programme “Prix T13, festival de mise en scène” au Théâtre 13 à Paris.

À propos de Schauspielhaus Wien

Le Schauspielhaus Wien se concentre sur la dramaturgie contemporaine, ce qui lui confère un profil unique sur la scène théâtrale germanophone. Sa situation historique dans le quartier animé de 9. quartier de Vienne, utilisé à l’origine comme cinéma. En 1978, le metteur en scène Hans Gratzer a transformé l’espace en un théâtre d’art dramatique, spécialisé dans les pièces contemporaines radicales d’auteurs autrichiens tels que Werner Schwab ou Elfriede Jelinek. L’équipe de Gratzer a également fait découvrir à la scène germanophone des dramaturges de renommée internationale tels que Sarah Kane, Mark Ravenhill ou Martin Sherman. Les années de fondation ont renforcé le profil du Schauspielhaus en tant que théâtre politiquement engagé.

Tout au long de son histoire dynamique, le soutien aux auteurs dramatiques est resté au cœur de la mission du théâtre. Le programme annuel de bourses pour les auteurs prometteurs (“Hans Gratzer Stipendium”) ainsi que les nombreux projets commandés ont fait du Schauspielhaus Wien une rampe de lancement pour de nombreux dramaturges connus aujourd’hui, parmi lesquels Thomas Arzt, Kevin Rittberger, Miroslava Svolikova, Thomas Köck, Sivan Ben Yishai ou Enis Maci. Le Schauspielhaus Wien et ses artistes ont reçu à plusieurs reprises le prix Nestroy, le prestigieux prix de théâtre autrichien.

À partir de la saison 2023/24, la direction artistique est répartie collectivement entre la metteuse en scène Marie Bues, la dramaturge Martina Grohmann, le metteur en scène et dramaturge Tobias Herzberg et l’auteur et dramaturge Mazlum Nergiz. Sous leur direction, le Schauspielhaus Wien vise à s’ouvrir à la ville et au-delà : la nouvelle plateforme “Offenes^Haus” (Maison ouverte) propose des projets participatifs pour le quartier et le grand public. Les collaborations internationales relient les artistes et leur public dans toute l’Europe.

Schauspielhaus Wien | Porzellangasse 19, 1090 Wien/Vienne, Autriche


www.schauspielhaus.at
|
Instagram
+
TikTok
@schauspielhaus.wien | FB @
SchauspielhausWien